Comment Fillon va s'en sortir cette fois? Sa femme aurait touché 45.000 euros d'indemnités de licenciement pour son emploi... fictif

La galère continue pour François Fillon. Alors qu'il s'est expliqué devant les médias lundi, le candidat des Républicains à l'élection présidentielle française doit faire face à de nouvelles accusations. La plus violente vient encore du Canard enchaîné: sa femme Pénélope aurait touché 45.000 euros d'indemnités de licenciement pour son fameux emploi fictif. Et ça fait beaucoup trop d'argent...

François Fillon va-t-il encore tenir une grande conférence de presse pour s'expliquer? Si le candidat des Républicains pensaient pouvoir se sortir de la galère dans laquelle les médias l'ont foutu avec leurs révélations sur sa femme, c'est raté.

De l'argent public

Le Canard enchaîné en a remis une couche ce mercredi. L'hebdo balance que Pénélope Fillon aurait touché 45.00 euros d'indemnités de licenciement pour son emploi d'assistante parlementaire auprès de son mari. D'abord 16.000 euros en 2002, puis 29.000 euros en 2013.

Problème: elle n'aurait jamais exercé cette activité, comme cela a été révélé dans la presse. Le Canard enchaîné révèle aussi que les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace du soi-disant travail de Pénélope Fillon. Autre problème: cette indemnité de licenciement (versée avec de l'argent public) serait beaucoup trop élevée.

Deux emplois à temps plein en même temps?

Et comme si cela ne suffisait pas, le Parisien assure que madame Fillon cumulait deux emplois à plein temps, ce qui est interdit par la loi française si le temps de travail dépasse 48 heures par semaine.

En clair, pendant qu'elle était déclarée comme assistante parlementaire de son mari (entre juillet 2012 et novembre 2013), elle était aussi employée à la Revue des deux mondes (mai 2012-décembre 2013).

Bon, la question est réglée si ces deux emplois sont des emplois fictifs, c'est sûr qu'il est beaucoup plus simple de les exercer en même temps..

Fillon se défend, mais se casse la gueule dans les sondages

François Fillon a rapidement réagi et a balancé un communiqué pour se défendre. Il justifie cette somme versée à sa femme, qui serait tout à fait légale selon lui. "Seule la volonté de nuire peut expliquer cette présentation mensongère" des informations par le Canard enchaînée, selon le candidat à l'élection présidentielle.

Mais sa ligne de défense ne semble pas vraiment convaincre. Alors qu'il était à la lutte avec Marine Le Pen pour la première place dans les sondages, ce n'est plus le cas. Dans un récent sondage commande par les Échos et Radio Classique, il était à la 3e place avec 20% d'intention de vote, derrière Le Pen (25%) et Emmanuel Macron, véritable outsider de cette élection (23%). Toutefois, il n'a pas été précisé si les personnes avaient été interrogées avant ou après la conférence de presse de Fillon lundi.

Ces prochains jours risquent d'être cruciaux pour le candidat des Républicains. Il a assuré lundi qu'une nouvelle campagne commençait pour lui. Pour l'instant, elle démarre plutôt mal avec ces nouvelles révélations. S'il a balayé la possibilité de renoncer à se présenter, il va devoir se montrer très convaincant pour reconquérir une partie de son électorat. Mais à plus de deux mois du premier tour de l'élection présidentielle, prévu le 23 avril (2e tour le 7 mai), il risque encore de se passer beaucoup de choses...

Déjà lu?