Snapchat va bientôt débarquer en Bourse, pourtant l'entreprise est loin d'être au top financièrement

C'est officiel: Snapchat va bientôt faire son entrée en Bourse, à Wall Street. Pour faire plus professionnel, l'entreprise a même changé de nom en septembre dernier et s'appelle Snap Inc. Cette introduction devrait se faire en mars prochain mais le truc c'est que financièrement, l'entreprise n'est pas au top en ce moment. Explication. 

Snap Inc a officialisé le 2 février son introduction à la Bourse de Wall Street. En réalité, les procédures ont été lancées en novembre dernier mais étaient restées jusque-là confidentielles. On devrait donc voir débarquer le petit fantôme jaune débarquer à Wall Street en mars prochain.

Avec cette introduction en Bourse, Snap Inc espère lever trois milliards de dollars (2,8 milliards d'euros). Ce chiffre pourrait être adapté en fonctions de nombres d'investisseurs intéressés par l'entreprise. Cette entrée sur les marchés publics pourrait représenter un sacré jackpot: la presse américaine estime que la société viserait une valorisation de 25 milliards de dollars (23 milliards d'euros). Un chiffre énorme qui dépasse ceux envisagés lors de l'introduction en bourse de Facebook en mai 2012.

Mais tout n'est pas rose pour Snap Inc. En effet, il se pourrait qu'à long terme le société rencontre des difficultés à attirer de nouveaux utilisateurs, ce qui impacterait négativement ses finances. De plus, sa croissance est ralentie depuis quelques mois. Par contre, il est indéniable que Snapchat a su se bouger pour trouver de nouvelles sources de revenus grâce à de la publicité beaucoup plus ciblée.

Se lancer en bourse malgré une croissance en baisse, un pari risqué

Cette entrée en Bourse sera particulièrement surveillée par d'autres société de la Silicon Valley. Il s'agit d'un réel test: si Snap Inc le réussit, cela poussera d'autres compagnies à se lancer dans l'aventure Wall Street. Dans un document envoyé à Wall Street, Snap détaille ses activités et ses chiffres, voici un petit aperçu de ce qu'on y apprend.

Cette année, Snap a réalisé un chiffre d'affaire de 405 millions de dollars (376 millions d'euros) soit sept fois plus qu'en 2015. Son secret? Avoir réussi à attirer de plus en plus de marques qui ciblent leur publicité sur des publics bien précis (les moins de 35 ans, 85% des utilisateurs américains ne sont pas encore trentenaires). Ces marques peuvent ainsi interagir avec leur audience grâce à des filtres et des animations. Tout benef' pour elles.

Par contre, la croissance de Snapchat est au ralenti depuis quelques mois. Au quatrième trimestre de 2016, l'application ne compte "que" 158 millions d'utilisateurs quotidiens, soit à peine 5 millions de plus qu'au troisième trimestre. Il s'agit de sa plus faible croissance d'un trismestre à l'autre depuis sa création en 2014. L'entreprise se veut rassurante en invoquant des problèmes techniques pour justifier ce coup de mou.

Pourtant, ce coup de mou coïncide étrangement avec l'implantation d'une nouvelle fonctionnalité d'Instagram, une application détenue par Facebook. En effet, depuis qu'Instagram a intégré ses "stories" à la Snapchat, beaucoup d'utilisateurs semblent migrer vers Instagram au détriment de l'appli au fantôme.

Un déficit difficile à combler à court terme

Cela se ressent au niveau des chiffres: en 2016, Snap Inc a accusé un déficit de 515 millions de dollars (478 millions d'euros), contre 373 millions l'année précédente (346 millions d'euros). Pour comparer, avant son introduction en Bourse, Facebook affichait un profit d'un milliard de dollars par an, grosse différence donc.

Ce déficit s'explique facilement: les dépenses de Snap Inc en 2016 ont doublé pour atteindre 925 millions de dollars soit 859 millions d'euros. En gros, chaque utilisateur de Snapchat a couté 6 dollars à l'entreprise, c'est juste fou. De plus, Snapchat a doublé ses effectifs en 2016 en engageant 1.900 employés et ses dépenses marketing ont été multipliées par cinq. Enfin, ses investissements dans le recherche et le développement ont doublé cette année. Et ce n'est pas fini, Snapchat s'est engagé à verser 400 millions par an à Google pour héberger leurs données dans le cloud.

Malgré tout, Snap Inc se montre rassurant en expliquant que Snapchat est avant tout un service de photo. L'entreprise a d'ailleurs récemment lancé des lunettes qui permettent de filmer de courtes vidéos. Il ne reste plus qu'à attendre le mois de mars pour savoir si cette entrée en Bourse sera profitable ou pas pour le petit fantôme.

Entrer en Bourse, une opération risquée

Entrer en Bourse comporte des avantages mais aussi son lot d'inconvénients. Et certains de ces inconvénients risquent de bien ennuyer Snapchat qui n'est déjà pas au top de sa forme.

Premièrement, être en Bourse est énormément chronophage. Les dirigeants de Snap Inc risquent donc de passer énormément de temps à gérer leurs affaire à Wall Street plutôt que de travailler réellement sur le développement de leur entreprise. Mais à ce niveau, on se doute que les tâches seront divisées pour ne pas se planter.

Deuxièmement, être présent à Wall Street est prestigieux mais cela coûte cher! On paye pour s'introduire en Bourse mais cela demande des investissements réguliers et récurrents. Par exemple, cela coûte très cher en frais administratifs, en communication et en marketing. Il faut donc se demander si Snapchat pourra assurer ces coûts alors qu'ils ne sont pas au top pour le moment. Mais comme nous l'avons vu plus haut, Snapchat a des projets pour l'avenir, il faudra voir si ces projets aboutissent et surtout si ils se rentabilisent.

Enfin, si le parcours en Bourse est décevant, l'entreprise concernée a beaucoup à perdre. En effet, il faudra continuer à payer les frais alors que l'on ne perçoit aucun avantage à cette présence en Bourse. De plus la réputation de l'entreprise sera bien entachée si ça se passe mal et ça, ce n'est jamais bon. Enfin, cela empêche l'entreprise de lever des fonds puisque celle-ci n'est pas bien valorisée et n'obtient pas la confiance des actionnaires, cela bloque donc les investissements et les possibilités de croissance.

On ne souhaite pas que cela arrive à Snap Inc mais si cela venait à se produire et que l'entreprise galère, on n'est pas à l'abri d'un petit rachat de Facebook. Ce serait le meilleur moyen pour Mark Zuckerberg de régler ce petit conflit entre Instagram et Snapchat qui proposent tous les deux le principe de "story". Pour rappel, Snapchat avait déjà refusé des offres de Facebook en 2013, estimée à un puis trois milliards de dollars...

Déjà lu?