Mais que fait Apple? La marque à la pomme est en train de supprimer les applications iraniennes de son App Store

Plusieurs rapports provenant d'Iran suggèrent qu'Apple a commencé à enlever de son App Store plusieurs applications basées en Iran. L'App Store était accessible de manière limitée depuis septembre 2016 pour les développeurs et les jeunes startups du pays. Et Apple semblait, petit à petit, lever les restrictions. Mais depuis quelques jours, tout semble avoir changé.

Le très sérieux site web de nouvelles technologies Tech Rasa a rapporté que le plus grand service d'e-commerce iranien, Digikala, qui a des millions d'utilisateurs, a été supprimé de l'App Store il y a quelques jours.

Les raisons de cette suppression ne sont pas tout à fait claires. Est-ce que la nouvelle politique de Trump y est pour quelque chose? Pas sûr. Il s'agirait plutôt d'une conséquence des lois déjà mises en place sur le commerce international, "bien que les détails suggèrent qu'il y ait de la place pour certaines manœuvres", indique The Next Web.

Le site Tech Crunch fait pourtant remarquer que depuis septembre dernier, Apple permettait aux développeurs d'Iran d'accéder à l'App Store depuis leur pays. Cet accès limité était censé empêché qu'ils ne développent leurs applications depuis l'étranger et de permettre aux grosses compagnies et aux startups d'en profiter depuis leur propre territoire. Mais depuis ces derniers jours, tout semble interrompu.

En fait, les développeurs reçoivent le message suivant selon le site Tech Rasa: "Malheureusement, il n'y a pas d'App Store disponible pour le territoire iranien. De plus, les applications facilitant les transactions pour les entreprises et les entités établies en Iran ne semblent pas conformes avec le Règlement sur les sanctions contre les transactions iraniennes (31 CFR partie 560) lorsqu'elles sont hébergées sur l'App Store. Pour ces raisons, nous ne sommes pas en mesure d'accepter votre demande pour le moment. Nous vous encourageons à renvoyer votre demande une fois que les lois sur le commerce international seront révisées."

Rien à voir avec Donald Trump?

Rien à voir avec les nouvelles réglementations de Donald Trump donc, même si son arrivée ne devrait pas arranger les choses. Une source anonyme confirme d'ailleurs à The Next Web que le nouveau président américain n'est pas responsable de cette mesure de restriction: "si les applications proviennent de développeurs en Iran ou font du business en Iran, Apple les rejettera, car elles sont contre la loi américaine. Donc tout rejet des applications dans l'App Store n'a rien à voir avec une quelconque action ou un ordre de l'administration actuelle."

Mais le doute subsiste encore. Le service Digikala dépendait du système local de paiement Shaparak, un système qui est isolé des transactions internationales et qui ne devrait donc pas impacter les conditions d’utilisation d'Apple.

Fous de technologies

Ce n'est en tout cas pas une bonne nouvelle pour l'Iran: les Iraniens sont fous de technologie. On estime à 40 millions le nombre de smartphones pour le pays, dont 6 millions d'iPhone. La population elle est à 82 millions et l'âge moyen n'est que de 30 ans. Plus de 100.000 iPhones sont écoulés sur le marché chaque mois. Bref, un marché lucratif pour Apple qui peut aussi compter sur son service après-vente et ses gadgets.

Le patron d'Apple, Tim Cook, s'est récemment montré en défaveur des nouvelles mesures de Trump concernant les migrants. Il a d'ailleurs fait savoir que son entreprise "n'existerait pas sans l'immigration". Et il a averti son personnel dans un mail publié dans la presse: "Il y a des employés d'Apple qui sont directement touchés par le décret sur l'immigration [...] Apple va faire quelque chose pour les aider". Rappelons que son fondateur, Steve Jobs, était le fils d'un immigré syrien.

Déjà lu?