"Refugees Welcome": Ashton Kutcher, Julia Louis-Dreyfus, Emma Stone... toutes les stars se déchaînent sur Trump aux SAG Awards

Le décret de Donald Trump, qui bloque depuis vendredi l'entrée sur le sol américain des citoyens en provenance de 7 pays musulmans, met la pagaille dans le monde entier. Les grandes stars américaines du cinéma sont, elles aussi, furieuses contre leur président. Elles n'ont pas manqué de le faire savoir lors des SAG Awards, dans des discours à la fois puissants et touchants.

Dimanche à Los Angeles, c'était les SAG Awards (pour Screen Actors Guild Awards), une cérémonie de remise des prix du cinéma. Mais ce ne sont pas les récompenses et remerciements des acteurs que l'on retiendra de la soirée. Le décret signé par le président américain Donald Trump vendredi dernier a trouvé un échos particulièrement fort sur le tapis rouge.

La majorité des acteurs récompensés a taclé Trump dans son discours de remerciement. Ils ont tenu à marquer tout leur soutien envers les réfugiés et les musulmans. À commencer par Ashton Kutcher, qui ouvrait la cérémonie. Il est complètement révolté de la politique migratoire de Trump, car elle touche directement sa femme. À l'âge de sept ans, Mila Kunis a immigré d'Ukraine vers les États-Unis pour fuir la terreur de la Guerre froide. Et elle n'est pas la seule star américaine à avoir des origines étrangères... Avais-tu pensé à tout ça, Trump?

Ashton Kutcher était furax dans son speech d'ouverture

"Bonsoir et bienvenue aux acteurs, aux téléspectateurs, à tous ceux à la maison... et à tous les gens détenus dans les aéroports dont la place se trouve dans MON Amérique. Vous faites partie de qui nous sommes, nous vous aimons et nous vous accueillons".

Il a ensuite précisé sur Twitter

"Ma femme est arrivée dans ce pays avec un visa de réfugiée en pleine guerre froide! Mon sang bouillonne là!"

Il a ajouté une couche en plus

"Nous n'avons jamais été une nation construite sur la peur. La compassion est une éthique de base de l'Amérique. Nous différences sont fondamentales pour notre durabilité".

Et il est vraiment en colère

"Et si me battre pour une Amérique qui ne discrimine pas fait de moi un acteur de gauche hors d'atteinte. Rien à foutre".

Avant même le début de la cérémonie, Simon Helberg (Howard Wolowitz dans "The Big Band Theory") et sa femme ont marqué leur soutien aux réfugiés

"Bienvenue aux réfugiés", "Laissez-les entrer".

Le speech de Julia Louis-Dreyfus (de la série "Veep")

 

"Je veux dire à tout le monde que je suis une fille d'immigré. Mon père a fui la persécution religieuse dans la France occupée par les Nazis. Je suis une patriote américaine et j'adore ce pays. Parce que j'adore ce pays, je suis horrifiée par ce décret. Ces interdictions migratoires sont une vraie tache, et c'est anti-américain".

Taylor Schilling parlait au nom de tous les acteurs de "Orange is the new black", sacré meilleur casting pour une série humoristique

"Nous voudrions dire que nous représentons un groupe de personnes qui viennent d'endroits différents, des familles qui ont cherché une vie meilleure dans ce pays. Il nous incombe de continuer à raconter des histoires qui montrent que ce qui nous unit est plus fort que les forces qui cherchent à nous diviser".

Sarah Paulson (Marcia Clark dans la série "American Crime Story: The People v. OJ Simpson")

Elle a demandé aux téléspectateurs de faire un don à l'American Civil Liberties Union (ACLU) qui se bat pour défendre les droits et libertés individuelles inscrits dans la constitution et qui a permis de stopper temporairement les expulsions des personnes détenues dans les aéroports américains.

Mahershala Ali, récompensé pour son rôle dans le film "Moonlight"

 

"Ma mère est pasteur. Je suis musulman. Elle n'a pas claqué la porte quand je lui ai dit que je me convertissais il y a 17 ans. Mais maintenant, nous avons mis les choses sur le côté. Je peux la voir elle et elle peut me voir moi, tel que je suis. Et nous nous adorons".

Emma Stone ("The Amazing Spider-Man", "Magic in the Moonlight", "Birdman", "La La Land"...)

 
"Nous traversons un moment vraiment difficile dans notre pays, les faits sont très impardonnables et effrayants. Ils nécessitent de prendre des actions. Je suis tellement reconnaissante de faire partie d'un groupe de personnes qui se soucie de ce qui se passe dans la société".

Bryan Cranston (Walt de"Breaking Bad"), récompensé pour son rôle de président Lyndon Johnson dans la série de HBO "All the Way"

 

“On me demande souvent ce que Lyndon Johnson aurait pensé de Donald Trump. Je pense sincèrement que le 36ème président des États-Unis aurait pris le 45ème dans ses bras et lui aurait souhaité le meilleur. Il lui aurait aussi soufflé à l’oreille quelque chose qu’il disait souvent, une espèce de forme d’encouragement et de mise en garde: 'Ne pisse pas dans la soupe que nous devons tous manger'".

Last but not least: le speech magnifique de David Harbour, Hopper dans "Stranger Things"

 

“Vous n’êtes pas seuls. Nous sommes unis en tant qu’êtres humains. Nous sommes tous ensemble dans cette horrible, douloureuse, joyeuse, excitante et mystérieuse chose qu’est la vie. Pour en revenir à Stranger Things et son Miwest de 1983, nous continuerons à combattre les brutes, nous donnerons un refuge aux marginaux, aux ‘freaks‘, à ceux qui n’ont plus de toit sur la tête. Nous surmonterons les mensonges et nous chasserons les monstres. Et quand nous serons perdus au milieu de toute cette hypocrisie et de cette violence banalisée par certains individus et par les institutions, nous irons distribuer quelques coups de poing, comme le ferait le shérif Jim Hopper, à ceux qui s’en prennent aux faibles et aux marginaux. Et nous le feront avec toute notre âme, notre coeur et avec beaucoup de joie!”

Après chacun de ces discours, c'était la standing ovation du public.

Déjà lu?