Tous les Belges auront droit aux pilules d'iode pour se protéger en cas d'accident nucléaire, mais ce n'est pas encore parfait 

Cet été, tous les Belges pourront se procurer gratuitement des pilules d'iodes pour se protéger face à une éventuelle catastrophe nucléaire. Cette mesure intervient dans un plan d'urgence en cours de finalisation des ministères de l'Intérieur et de la Santé. Le problème, c'est que pour une grosse partie de la population, ces pilules seront sans effet. Il y a encore des détails à régler. 

C'est déjà une mesure appliquée depuis un petit temps déjà: les personnes vivant dans un rayon de 20km autour d'un site nucléaire peuvent se procurer des pilules d'iode gratuitement. Ce périmètre sera étendu à 100km selon le nouveau plan d'urgence nucléaire des ministères de l'Intérieur et de la Santé. En gros, cela revient à couvrir l'ensemble du territoire et donc tous les Belges. Tout le monde pourra donc, cet été, se procurer ses petites pilules d'iodes pour se protéger des nuages radioactifs. Ce plan est bel et bien en cours de finalisation, toutes les mesures n'ont pas encore été mises en place mais cela ne saurait tarder.

Le ministère de l'Intérieur s'est exprimé via un arrêté royal: "Cette mesure suit une recommandation du Conseil supérieur de la Santé. Lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, il est immédiatement apparu qu'un nuage radioactif pouvait se propager très loin".

Pourquoi des pilules d'iode?

Lors d'une catastrophe nucléaire, un nuage radioactif se propage et les particules radioactives se déposent un peu partout: sur ton corps directement d'une part, mais aussi sur les légumes, fruits et même sur la viande que tu vas manger. Lorsque que tu vas manger ces produits radioactifs, les particules nocives, bien souvent de l'iode radioactive, vont venir attaquer ta thyroïde. Les risques de contracter un cancer de la thyroïde ou toute autre maladie de cet organe sont accrus. Les pilules d'iodes sont là pour protéger ta thyroïde.

Concrètement, les pilules d'iode vont bloquer l'absorption d'iode radioactive. Quand tu vas prendre une pilule, ta thyroïde va absorber l'iode jusqu'à être saturée. Dès lors, elle ne pourra plus absorber l'iode radioactive provenant d'un nuage radioactif. L'Agence fédérale belge du contrôle nucléaire compare ce fonctionnement à celui d'une éponge: la thyroïde absorbe l'iode "sein" jusqu'à être incapable d'absorber l'iode radioactif. Cet iode nocif est alors évacué dans l'urine et les selles.

Prendre les pilules avec le bon timing

Pour que ces pilules soient efficaces, il faut les prendre au bon moment. Idéalement, il faut les ingérer avant l'exposition à des particules radioactives (6h maximum) ou presque simultanément. Ainsi, ta thyroïde sera hyper bien protégée. Dans ce cas, ta thyroïde absorbera l'iode des pilules et sera protégée à près de 100% des particules nocives. Par contre, prendre les pilules trop tôt ou trop tard ne sert à rien. Si tu prends les comprimés 5h après l'exposition, la protection diminue de 50%. Après 12h, les pilules ne servent plus à rien.

Et ce n'est pas fini: cela ne sert a rien de se gaver de pilules si tu n'a pas eu l'occasion de les prendre au bon moment. Si tu te gaves de comprimés 48h après la catastrophe, cela aura même un effet contreproductif: ta thyroïde sera beaucoup trop exposée à l'iode et fera une sorte d'overdose. Tout dépend donc du gouvernement: il faut qu'il fasse une annonce au bon moment pour prévenir la population qu'elle doit prendre ses pilules. S'ils le font trop tard, tout ça n'aura servi à rien.

Tu as plus de 40 ans? Pas de chance...

Les pilules d'iodes sont très efficaces chez les enfants, les jeunes et les femmes enceintes. Par contre, pour les plus de 40 ans, cela peut faire plus de mal que de bien. Il y en effet beaucoup plus d'effets indésirables que d'effets positifs (éviter le cancer de le thyroïde). Cela s'explique par le fait qu'aux alentours de 40 ans, les risques d'hyperthyroïdie sont accrus, la thyroïde risque alors de finir dans un sale état. En gros, à cet âge-là, la thyroïde ne peut pas être saturée et absorbera encore et encore de l'iode radioactif jusqu'à être très endommagée.

Il est d'ailleurs inscrit sur la notice des pilules d'iode: "Si vous avez plus de 40 ans, demandez conseil à votre médecin concernant les avantages et inconvénient de l'ingestion du produit".

Sachant qu'en Belgique les 40-60 ans sont les plus représentés, on peut se demander si la distribution de pilule est vraiment la meilleure solution puisqu'une grosse partie du pays ne pourra pas les prendre (en tout cas sans risque). Il y a donc encore du boulot pour les ministères de l'Intérieur et de la Santé qui devrait peut-être se pencher sur un autre traitement ou une autre solution pour que l'ensemble de la population soit sur un même pied d'égalité au niveau de la sécurité de sa santé.

De plus, la RTBF a testé il y a quelques jours de se procurer des pilules d'iode dans les pharmacies: un échec. La plupart des pharmacies, même celles situées à 5km de la centrale de Tihange, ne sont pas approvisionnées et ne peuvent pas en distribuer, ni même en vendre.

Bon, espérons qu'une catastrophe nucléaire ne se produise pas demain car la Belgique est loin d'être prête...

Déjà lu?