La chasse aux fake news a commencé: Google a déjà bloqué près de 200 sites internet depuis novembre

Google l'avait annoncé en novembre, il se lance dans une guerre sans merci contre les fake news. Et ce n'était pas des paroles en l'air. Grâce à une mise à jour de sa régie publicitaire AdSense, le moteur de recherche a bloqué près de 200 sites internet et "discipliné" 340 autres. Sur toute l'année 2016, il a aussi stoppé 1,7 milliard d'annonces malveillantes de tout type.

L'ère de l'information, des nouvelles technologies et des gens hyper connectés n'apporte pas que son lot de bonnes nouvelles. C'est aussi l'ère où les fake news pullulent rapidement, partout sur le web. Et il n'est pas toujours facile de faire la différence entre une vraie et une fausse information. Les géants médiatiques ont donc décidé de prendre de nouvelles mesures pour nettoyer le réseau de fond en comble. Facebook a déjà fait pas mal d'efforts, en ajoutant en décembre l'extension Thisisfake.com. De son côté, Google semble avoir sorti le grand balai pour se débarrasser des sites qui publient des infos trompeuses.

Dans le cadre de son rapport annuel sur les fraudes, l'entreprise a annoncé avoir limité l'accès à près de 200 sites internet. Elle s'est lancée dans une lutte acharnée contre les escroqueries, les logiciels malveillants et autres publications nuisibles. Depuis le mois de novembre, elle a étendu ses efforts aux pages qui diffusent des informations mensongères. Et comment? Google a, en fait, réalisé une petite mise à jour bien utile d'AdSense, sa régie publicitaire qui vend du trafic aux pages web en plaçant des annonces sur des sites tiers. Désormais, les pages qui cachent des informations sur l'éditeur, son contenu ou son but principal n'ont plus accès à AdSense.

1,7 milliard d'annonces malveillantes bloquées en 2016

Comme bien d'autres plateformes en ligne, Google est souvent accusé de répandre des fake news, et les critiques sont devenues plus vives suite aux élections présidentielles américaines. Depuis lors, le moteur de recherche fait l'objet d'une surveillance accrue. C'est pour cette raison qu'il a décidé de faire cette mise à jour qui commence à porter ses fruits.

Parce qu'en plus des 200 interdictions d'accès, l'entreprise dit avoir "discipliné" un total de 340 éditeurs depuis le mois de novembre. Et sur toute l'année 2016, elle a bloqué 1,7 milliard (!) d'annonces malveillantes de tout type: des publicités mensongères sur des régimes, des produits contrefaits, des pop-ups, du phishing... C'est quasiment deux fois plus qu'en 2014, et ce n'est que le début.

Déjà lu?