"Les leaders de la nouvelle Europe" se réunissent aujourd'hui à Coblence et "la presse à mensonge" n'est pas conviée

"Les leaders de la nouvelle Europe" se présentent", c'est le slogan du congrès qui a lieu aujourd'hui à Coblence. Il rassemble tout le gratin des eurosceptiques: Frauke Petry (Alternative Für Deutschland), Marine Le Pen (Front National), Geert Wilders (PVV). Et pour faire un peu parler d'eux, ils ont décidé d'interdire à une grande partie de la presse d'être présente. Seuls les médias "qui parlent la langue populiste" sont présents. 

Officiellement ce rassemblement est appelé un "contre-sommet des partis eurosceptiques". Officieusement, c'est le lancement du Front Notianal (FN), le parti Alternative für Deutschland (AfD) et du PVV de Geert Wilders avant l'élection à laquelle ils participent cette année. Une élection à laquelle ils espèrent obtenir de bons résultats. Parce que, comme ça se dit dans les couloirs, "Trump a ouvert la voie et a montré que c'est possible".

La réunion a lieu un jour après l'inauguration de Trump et ce n'est pas un hasard. Elle est co-organisée par le groupe parlementaire "l'Europe des Nations et des Libertés" dont La Ligue du Nord, le Vlaams Belang et le FPÖ autrichien font aussi partie.

Outre le fait que cette réunion marque le début de la campagne électorale européenne pour eux, le signal important aujourd'hui c'est que "les pays veulent être maîtres de leurs propres pays", selon Geert Wilders. Ils veulent "une Europe contre l'élite et une voix pou les intérêts de monsieur et madame tout le monde".

La presse à mensonge

Le Vlaams Belang espère aussi profiter du succès électoral de ses partis frères. L'homme politique flamand du Vlaams Belang, Gerolf Annemans sera là. Il a exprimé son soutien à l'AfD dans sa décision de rejeter une grande partie de la presse.

"La presse à mensonge n'a rien à faire à cette réunion", a décidé l'AfD, le parti allemand. Parce qu'ils "n'ont pas respecté les normes journalistiques dans leurs précédents reportages sur l'AfD". Gerolf Annemans a laissé savoir sur Twitter que c'était bien que l'AfD n'acceptait pas qu'on les traite de "gens d'extrême droite, totalitaires, populistes ou fous".

Le Vlaams Belang est présent à Coblence mais ce n'est pas vraiment pour le parti. Les rôles principaux sont joués par des "stars". Marine Le Pen va donner un coup de main à l'AfD en ce qui concerne les discours. Elle aligne en effet des positions communes avec l'AfD, selon le porte-parole du Front National.

Big rôle pour Wilders

Geert Wilders a aussi un grand rôle à jouer. Il parle à 11h ce matin à Coblence. "Tout le monde peut voir que maintenant nous sommes une force politique importante, nous avons un rôle à jouer et qu'il y a un vent nouveau qui souffle sur l'Europe", a-t-il laissé entendre. "Un mouvement avec enfin plus d'attention pour la souveraineté nationale et la liberté."

C''aversion que ces partis ont pour l'Europe qui les réunit. Le contrôle des frontières, les lois sur l'immigration et d'autres grands thèmes sont au menu pour aujourd'hui.

Frauke Petry du AfD, le parti allemand, espère profiter de la popularité de Marine Le Pen et de Geert Wilders. En effet, après une montée spectaculaire, son parti a aujourd'hui des difficultés à obtenir plus de 10% des intentions de vote en Allemagne, en dehors de quelques exceptions locales.

Dans le long terme, ça ne suffira pas à rivaliser avec Merkel, donc ils veulent réagir et mener des actions. Petry et Marine Le Pen rêvent de devenir les premières dames du populisme en Europe. Ce qui est sûr, c'est que l'accès de Donald Trump à la présidence des États-Unis a fait pousser des ailes à ces partis eurosceptiques.

Déjà lu?