"Vous êtes une nazie": Maggie de Block en a marre de recevoir ce genre d'insulte sur les réseaux sociaux

Maggie de Block (Open VLD) ne veut plus se faire insulter ou menacer sur Internet. Un message sur la fanpage Facebook officielle de la ministre de la Santé pour tenter de calmer les trolls qui la prennent pour cible. Au passage, son attachée de presse pointe du doigt le PTB, dont une initiative contre la ministre aurait dérapé.

"Vous êtes une vraie nazie". "Je vous souhaite de souffrir autant que moi". "J'espère que vous serez touchée par la maladie". "Un gros régime ne serait pas du luxe, qu'en penses-tu Maggie?": voilà le genre d'insultes reçues par Maggie de Block sur Facebook, par courier ou directement sur la boite mail de son cabinet. Des messages tout simplement dégueulasses. De quoi pousser la fanpage Facebook officielle de la ministre de la Santé à publier un message pour demander à tous ces trolls de se calmer.

"En tant que gestionnaires de la fanpage de Maggie De Block, nous vous demandons de ne plus poster de messages de haine. Ni sur cette page ni nulle part ailleurs. Ni à l’égard de quiconque", peut-on notamment lire. Un message relayé également par la porte-parole de la ministre OpenVLD dans la Dernière Heure: "On peut critiquer, faire des propositions et même s’exprimer avec force mais souhaiter aux autres de tomber malade ou parler de 'mourir' et diffuser de tels messages, c’est une incitation à la haine. Personne n’en a besoin et personne ne s’en sentira mieux".

Le PTB pointé du doigt

Selon elle, beaucoup de ces messages, écrits en français ou en néerlandais, proviendraient directement des sites web du PTB et du PVDA. Au début de l'année, le PTB a appelé à envoyer "des cartes postales" pour interpeller Maggie De Block, coupable selon lui "de faire de la santé un produit de luxe" avec ses récentes décisions de diminuer le remboursement de certains antibiotiques ou de limiter le remboursement de séances chez le kiné. Ces cartes postales devaient permettre aux gens d'exprimer leur mécontentement ou de proposer d'autres solutions à la ministre. Sauf que les trolls ont frappé et beaucoup ont dérapé.

"10 % des messages néerlandais et 35 % des messages français sont des mails très négatifs, insultants, dans lesquels certains souhaitent à la ministre de tomber malade ou de mourir", précise la porte-parole, qui ajoute qu'aucune action en justice n'a pour l'instant été entamée malgré ces insultes. Est-ce que la ministre restera de marbre si les insultes continuent?

Déjà lu?