De pire en pire: Trump veut que Robert F. Kennedy Jr, un dangereux anti-vaccin, préside une commission sur la sûreté des vaccins

En 2014, le (presque) président Trump avait tweeté que les vaccins contre les maladies infantiles étaient responsables de l'autisme. Cet argument est le mantra des anti-vaccins. Ils croient également que les vaccins sont en réalité un complot du secteur médical pour nous rendre malades. Et maintenant, on apprend que Trump veut nommer un des dirigeants de ce mouvement pour mener une commission d'enquête parlementaire pour la “vaccine safety and scientific integrity.”

Trump a souvent fait le lien entre les vaccins et l'autisme. "Des gens qui travaillent pour moi ont emmené leur enfant de deux ans chez le docteur pour faire un vaccin. Une semaine plus tard, l'enfant a eu une forte fièvre. Il a été très malade et est maintenant autiste" a-t-il raconté en septembre 2015 pendant un débat républicain. Il voulait prouver que les vaccins causent une "épidémie d'autisme".

Un de ses partisans sur trois est convaincu que les vaccins sont responsables de l'autisme selon des études. Mais pour être clair: il n'y a pas absolument aucune preuve scientifique qui justifie une telle théorie.

Une recherche bâclée

Trump base ses affirmations sur une recherche bâclée qui date de 1998 et qui montrait un lien entre l'autisme et la vaccination contre les maladies infantiles. Mais dans les années qui suivent, il a été démontré que l'étude avait été mal exécutée et le lien a été démenti.

La revue scientifique The Lancet, dans laquelle l'étude a été publiée en 1998, a même retiré la recherche et a conclu que son auteur, Andrew Wakefield, avait agi "de façon malhonnête et irresponsable".

Arrêter la vaccination, c'est revenir 100 ans en arrière. Cela mènerait à des millions de morts, surtout des enfants. Heureusement, cette idée idiote est moins implantée chez nous en Europe de l'Ouest. 95% de la population comprend l'importance de la vaccination.

Dans notre pays, seul le vaccin contre la polio est obligatoire. Mais les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la méningite, la jaunisse, le pneumocoque, le rotavirus, la rougeole, les oreillons et la rubéole évitent aussi des tonnes de misère. Nous avons oublié - justement parce que ces vaccins fonctionnent - que nous pouvions mourir de ces maladies ou avoir des problèmes pour le reste de notre vie.

De l'espace pour un fou

Néanmoins, même chez nous, les médecins constatent qu'il y a de plus en plus de parents qui croient aux conneries racontées par les anti-vaccins.

Un de ces anti-vaccins, c'est Robert F. Kennedy Jr. et Trump vient de lui donner une place pour propager ses idées politiques absurdes et pas du tout scientifiques. Hier, Trump a rencontré Kennedy. Ce dernier est sorti de la Trump Tower et a déclaré que Donald lui avait demandé de présider la commission d'enquête sur la “vaccine safety and scientific integrity.” "He asked me to chair a commission on vaccine safety and scientific integrity, I said I would." ("Il m'a demandé de présider la commission sur la "vaccine safety and scientific integrity" et j'ai dit que je le ferai.")

Kennedy a comparé les pédiatres avec "les gardes des camps de concentration nazis". Depuis 2005, il est le représentant du mouvement anti-vaccin. Il a même écrit un article qui s'appelait "Deadly Immunity, the story of how government health agencies colluded with Big Pharma to hide the risks of thimerosal from the public” ("L'immunité mortelle, l'histoire de comment le gouvernement s'est entendu avec Big Pharma pour cacher les risques du thimerosal au public").

Thimerosal

Thimerosal ou l'éthylmercurithiosalicylate de sodium est un composé organomercuriel qui est utilisé, entre autre, comme un agent antiseptique et antifongique dans les vaccins et les antivenins.

Pour commencer il n'y a plus de thimerosal dans les vaccins depuis dix ans. En plus, il a été démontré à maintes reprises qu'il n'y a de toute façon pas de lien avec l'autisme.

L'article de Kennedy semble contenir tant de fautes et de mensonges que Salon et Rolling Stone qui l'avaient publié comme article d'opinion, l'ont retiré. Mais il circule encore sur internet.

En 2011, Kennedy a déclaré à la radio qu'il y avait une conspiration dans laquelle "Big Pharma" a délibérément tenté d'empoisonner nos enfants avec des vaccins. Le gouvernement était aussi impliqué, selon lui, avec le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) en tête.

"Mettez-les en prison"

En 2014, Kennedy a déclaré lors d'une conférence anti-vaccin que les pédiatres et les spécialistes qui administrent des vaccins “should be in jail, and the key should be thrown away.” ("devraient être en prison, et que la clef soit jetée"). Cela te semble familier?

L'année dernière, il a déclaré que la vaccination des enfants était un nouvel holocauste. “They get the shot, that night they have a fever, they go to sleep, and three months later their brain is gone ... This is a holocaust, what this is doing to our country.” ("Ils reçoivent le shot, la nuit ils ont de la fièvre, ils vont dormir et trois mois plus tard, leur cerveau est parti... Ce qui est fait à notre pays est un holocauste."). Il a reçu une ovation de la part de la communauté anti-vaccin.

On a pu voir dans un débat télévisé que Trump croyait au même genre de nonsense. Trump, qui ne sait pas distinguer les faits des opinions, a balayé les critiques du revers de de la main avec un "je l'ai vu" et il a raconté cette histoire: “A beautiful child ... went to have the vaccine, a week later got a tremendous fever, got very, very sick, now is autistic.” Trump weet zelfs dit: “Autism has become an epidemic. It has gotten totally out of control.” ("Un magnifique enfant a reçu un vaccin, une semaine plus tard, il a eu de la fièvre, maintenant, il est autiste. "L'autisme est devenu une épidémie. Elle est totalement hors-contrôle.")

Wakefield, bis

Les sondages de son équipe ont montré qu'il marque des points avec ce genre d'idées. Et cela a encouragé Trump a sauter dans le train des anti-vaccins. Un rendez-vous a été arrangé avec Andrew Wakefield, l'homme à l'origine de la fameuse étude de 1998 qui prouvait le lien entre les vaccins et l'autisme.

Depuis Wakefield n'a pas seulement été démasqué comme mauvais médecin. Le General Medical Council de son pays d'origine a découvert qu'il avait été payé pour faire cette fausse étude. Il a été rayé de la liste des médecins et il a été condamné quatre fois pour fraude médicale et pour abus sur douze enfants handicapés mentalement (“including that children with autism were subjected to unnecessary invasive medical procedures”) ("des enfants atteints d'autisme ont été sujets à des procédures médicales invasives qui n'étaient pas nécessaires.")

Trump a trouvé utile de parler avec cet homme mais il a également déclaré que c'était "rafraîchissant" de parler de ce genre de choses avec un "homme ouvert d'esprit".

Déjà lu?