Bonne idée ou pas? La Finlande va verser un revenu de base aux chômeurs pour remplacer les allocations de chômage

À partir du 1er janvier, 2000 chômeurs finlandais choisis au hasard vont recevoir un revenu de base. Ce revenu va remplacer leurs allocations de chômage. Le montant est fixé à 560 euros par mois sur lesquels les chômeurs ne paieront pas d'impôts. Il n'y a pas de conditions particulières à remplir, les sans-abris pourront donc en profiter aussi. Si ce test est satisfaisant, les Finlandais comptent supprimer le système d'allocations et donner 800 euros de revenu de base à tous les adultes.

Plusieurs pays réfléchissent au concept de revenu de base et comment il pourrait être mis en place. C'est le cas des Pays-Bas mais aussi du Canada et de la Californie. Le gouvernement indien a même réalisé une enquête. En Suisse, un vote a été organisé et la population a rejeté cette idée.

En Finlande, 7 personnes sur 10 trouvent que l'idée d'un revenu de base pour chaque adulte est plutôt bonne. Le revenu serait fixé à 800 euros et viendrait remplacer toutes les formes d'allocations.

Un test va être réalisé sur 2000 chômeurs, qui bénéficieront d'un revenu de 560 euros. Si les résultats sont bons, le système du revenu de base pourra être mis en place. Il y aura une phase de transition durant laquelle les plus de 18 ans recevront 550 euros et continueront à toucher certaines allocations. Ensuite, ils passeront à un revenu fixe de 800 euros sans aucune autre aide.

69% de la population est séduit par cette proposition. "Un revenu de base pour tout le monde signifie une simplification de notre système d'assurance sociale" argumente le Premier ministre Juha Sipila. Ce revenu de 800 euros devrait coûter 46 milliards à l'état.

Marasme économique

Le revenu de base doit surtout être une arme pour lutter contre le chômage qui est monté à 10%. Ce n'était plus arrivé depuis l'année 2000. Le taux de chômage chez les jeunes atteint même 25%. L'économie finlandaise est dans le rouge: elle a diminué de 11% par rapport à 2008.

Ce revenu de base doit aussi stimuler les finlandais à prendre des emplois moins bien rémunérés ou à temps partiel. Pour le moment, avoir un job à temps partiel donne droit à moins d'allocations. Et donc, certains ne voient pas l'intérêt de faire ce genre de job.

Il faut aussi savoir qu'un Finlandais sur cinq vit seul, un chiffre comparable à celui de la Belgique.

Le système devrait être financé par un impôt sur le revenu. Celui qui gagne moins de 60.000 euros par ans, paiera 39% et celui qui gagne plus que ce montant, paiera 49% La taxe sur le capital et les revenus liés à des actifs financiers passera de 29 à 32%.

Canada & Ouganda

Il y a eu d'autres expériences menées avec ce genre de revenu de base. À Dauphin par exemple, une ville du Canada. Entre 1974 et 1979, tout le monde recevait un revenu de base. Le résultat? Une diminution des heures de travail et les femmes qui prenaient de plus longs congés de maternité. Les gens travaillaient et étudiaient plus longtemps.

En 2011, quelqu'un a analysé cette idée et a rédigé un rapport qui s'intitulait: The Town without Poverty, ou "La ville sans pauvreté".

En Ouganda aussi l'expérience a été un succès. Des milliers de gens ont reçu le double de leurs revenus pendant quatre ans et 17% ont davantage travaillé. 38% ont même gagné plus d'argent.

Robots

La décision finale a été prise en novembre 2016. Il y a deux grands inconvénients à cette mesure. Premièrement: le coût. Selon les Finlandais, la mesure va rapporter des millions mais tout le monde n'est pas convaincu de cela. Deuxièmement, si quelqu'un tombe malade, il va avoir besoin de plus d'argent mais tout le monde reçoit la même chose, qu'importe les besoins.

Pour certains économistes "nous devons peut-être apprendre avec le haut taux de chômage en Occident". Pour eux, 47% des jobs existants, surtout les jobs non qualifiés, seront occupés par des robots dans le futur.

Déjà lu?