"Tu fais honte à notre drapeau": la "Top Gun afghane" suscite la polémique en refusant de se battre et en demandant l'asile aux Etats-Unis

Le nom de Niloofar Rahmani ne te dit peut-être rien. Pourtant cette jeune femme de 25 ans est surnommée les "Top Gun afghane". Il s'agit de la première femme à s’asseoir dans un avion de chasse de l'armée de l'air afghane. Elle venait de finir sa formation aux États-Unis et devait retourner se battre au pays. Des menaces des talibans envers sa famille l'ont fait changer d'avis, suscitant la polémique dans son pays.

Niloofar Rahmani était la fierté de tout un pays. Son visage était synonyme de modernité dans l'armée afghane pour celle qui devait retourner se battre dans son pays en fin de semaine dernière. Seulement depuis, elle a fait savoir via son avocate, Kimberly Motley, qu'elle ne retournerait pas à Kaboul.

En cause? Non pas sa lâcheté, mais bien des "menaces brutales" faites par les talibans à l'encontre de sa famille restée au pays. Un choix difficile comme la jeune pilote l'explique à CNN.

Du coup, elle demande maintenant l'asile au États-Unis où elle a suivi une formation de quinze mois pour devenir pilote de chasse. En Afghanistan, on ne comprend pas trop le choix de la jeune femme: un responsable du ministère de la Défense n'a pas hésité à parler de "trahison" et de "honte", critiquant une décision "irresponsable".

Critiquée sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux aussi la polémique enfle, notamment parmi les femmes: “Chère Niloofar, penses-tu que tes problèmes sont plus importants que ceux de millions d’autres Afghanes?”, a lancé sur Facebook la photojournaliste Maryam Khamosh, dans des propos relayés par Euronews.

“Parfois je souhaiterais être Niloofar et m‘élancer dans le ciel pour bombarder les ennemis de mon peuple. Mais toi, Niloofar, qui as touché le ciel depuis les cendres de la terre, tu as fait honte à notre drapeau”, enchaîne-elle.

Un jugement très dur pour Niloofar Rahmani qui a aussi affirmé dans la presse que la situation sécuritaire de l'Afghanistan se dégradait. "Faux", indique l'Otan, qui regrette que la jeune pilote se soit exprimée dans la presse: “Les forces de sécurité afghanes ont accompli de grands progrès (…) leur performance en 2016 s’est améliorée par rapport à 2015 et nous nous attendons à ce qu’elle progresse encore en 2017”, a indiqué la coalition.

Pourtant de nombreux afghans, et surtout des jeunes, continuent à fuir le pays pour échapper à cet interminable conflit.

Déjà lu?