Le père de la famille syrienne était en Inde car il cherchait un moyen de sauver sa famille de la guerre, déclarent ses avocats

Nouvel épisode dans l'affaire des visas pour la famille syrienne. Ce lundi matin, le journal Het Laatste Nieuws explique que le père a voyagé à l'étranger au mois de novembre et de décembre. Bart De Wever (N-VA) s'est demandé si cette famille était vraiment en danger de mort. Sous-entendu: est-ce justifié de vouloir venir en Belgique? Le père "cherchait à ouvrir une voie pour sa famille afin de leur permettre d’échapper à la situation de guerre", ont répondu les avocats.

"Personne ne peut reprocher à un homme de mettre tout en œuvre pour sauver son épouse et ses enfants" ont déclaré ce lundi dans un communiqué de presse les avocats de Progress Lawyers Network. Ce cabinet défend une famille syrienne à qui l'état belge refuse toujours d'accorder des visas d'entrée en Belgique.

Cette déclaration fait suite à un article du Het Laatste Nieuws (HLN). Ce journal flamand a relevé ce lundi que le père de cette famille syrienne avait voyagé en Inde entre la fin du mois de novembre et le début de décembre. Soit à la même période où sa maison s'est faite cribler de balles. Pour le site 7 sur 7, ces éléments "mettent à mal la version de la famille syrienne".

"Ouvrir une voie pour sa famille"

Mais il semble que si le père était en voyage, c'était justement pour des raisons de sécurité. "Nos clients viennent de nous apprendre que le père de la famille syrienne s’est effectivement rendu brièvement en Inde. Il cherchait à ouvrir une voie pour sa famille afin de leur permettre d’échapper à la situation de guerre. Cette piste a échoué et malgré le danger, Monsieur est retourné auprès des siens", déclarent les avocats.

Le leader de la N-VA Bart De Wever avait aussi réagi à l'article de HLN. "Si cet homme était vraiment en danger de mort, pourquoi abandonne-t-il ses enfants et sa femme deux semaines pour aller à l'étranger? Pourquoi ne les a-t-il pas emmenés en lieu sûr? Et puis, qu'y avait-il de si urgent à faire aux Emirats Arabes Unis et en Inde?"

"Détourner le débat"

Pour les avocats Olivier Stein et Mieke Van den Broeck, cette information de HLN et cette déclaration de Bart De Wever ne font que détourner le débat. "Nous sommes las de devoir faire face à des communications qui tentent de faire oublier que le gouvernement se maintient coûte que coûte dans l’illégalité," déplorent-ils.

"Le gouvernement consacre une énergie et des moyens financiers inconsidérés pour attaquer la famille. C’est le gouvernement qui a décidé de refuser de respecter des décisions de justice de manière délibérée et théâtralisée dans la presse," concluent-ils.

Déjà lu?