Bpost veut vraiment s'offrir PostNL: une nouvelle offre revue à la hausse a été balancée, mais ce pourrait être la dernière

Bpost ne lâche pas l'affaire. L'entreprise belge vient de balancer une nouvelle offre pour racheter PostNL. Elle propose du coup un peu plus d'argent (40 million d'euros) et des garanties supplémentaires afin de convaincre son homologue néerlandaise. Pour le moment, cette troisième offre "finale" est restée sans réponse.

Bpost applique parfaitement le dicton "jamais deux sans trois". Après deux premières offres de rachat refusées par PostNL, l'entreprise belge a décidé de poursuivre son offensive quand même. Elle a fait savoir mercredi soir qu'elle avait formulé une "proposition finale et améliorée". Elle laisse donc entendre qu'elle pourrait abandonner ce dossier en cas de nouveau refus côté néerlandais.

40 millions d'euros de plus

Cette offre a été revue à la hausse par rapport à la dernière: bpost propose encore plus d'argent, à savoir 2,546 milliards d'euros. C'est 40 millions de plus que la dernière offre. Mais l'argent n'est pas le seul problème dans ce dossier.

Pour les Néerlandais, l'état belge aurait une trop grande participation dans la société qui serait lancée en cas de rachat de PostNL par bpost. Alors bpost, qui espère bien frapper un grand coup avec ce rachat pour améliorer sa présence sur le terrain de l'e-commerce, a tenté de proposer une nouvelle solution pour les convaincre.

Comme l'explique l’Écho, bpost a proposé une clause qui limiterait le nombre de membres du conseil d'administration qui représenterait l'état belge: ils ne seraient que trois, sur les dix membres du possible futur conseil d'administration. Un geste sensé donc rassurer PostNL dans ce dossier. Reste à savoir si ce sera suffisant, puisque les Néerlandais n'ont pas encore donné de réponse pour l'instant.

Déjà lu?