Si tu prends le TGV, tu seras beaucoup plus contrôlé: des portiques de sécurité vont débarquer dans trois gares belges en 2017

Prendre le TGV, ce sera bientôt comme prendre l'avion. Tu devras passer par de longues files interminables pour te faire contrôler avant de pouvoir monter à l'intérieur. Sécurité oblige, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) a annoncé que des portiques devraient être installés l'année prochaine à Bruxelles-Midi, Anvers et Liège.

Depuis les attentats de Paris et surtout de Bruxelles, les contrôles dans les aéroports ont été hyper renforcés et c'est vraiment galère quand tu dois prendre l'avion. L'année prochaine, ce sera au tour de trois gares belges de faire pareil. Selon une information de La Libre, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) a annoncé qu'il installerait des portiques de sécurité et déploierait des agents de Securail pour checker les voyageurs et les bagages.

Rassure-toi, ce ne sera "que" dans les gares de Bruxelles-Midi, Anvers et Liège pour les voyageurs qui prennent le TGV. Les mêmes contrôles ont déjà été mis en place à la gare de Brussels Airport depuis sa réouverture après les attentats du 22 mars.

Coût des travaux? 17 millions d'euros

Le ministre a déjà dépensé 17 millions d'euros pour acheter le matériel nécessaire à la construction et l'installation des portiques. Et il a également dû payer pour engager du personnel. En tout, il faudra cent agents de Securail en plus car ce sont eux qui effectueront les contrôles.

Mais pour l'instant, il n'y a encore rien de concret sur la date exacte. Le ministre parle seulement de "début 2017". Le rôle exact de la police doit lui aussi être défini précisément mais "il est évident que Securail doit pouvoir travailler dans de bonnes conditions de sécurité", selon le ministre.

Pas pour tout le monde

Les portiques ne devraient pas créer autant le chaos que les tentes qui avaient été installées à l'aéroport de Bruxelles après les attentats. Bellot a précisé que tout le monde ne sera pas "systématiquement contrôlé". Il parle plutôt de contrôles "arbitraires introduits en fonction du risque". Du coup, cela risquera d'être à la tête du client...

Déjà lu?