Daesh laisse des petits souvenirs aux enfants de Mossoul: des nounours bourrés d'explosifs

Voici ce qu'un joli teddy bear, fourrure orange et yeux brillants, a dans le ventre à Mossoul: des explosifs. Si Daesh choisit de le laisser sur son passage, c'est parce que ce sont des enfants qui vont être tentés d'y toucher. Avec de tels "souvenirs", Daesh rend le retour sur les terres qu'il a occupées d'autant plus difficiles.

"Pourquoi est-ce que Daesh utiliserait quelque chose de joli, comme un ours ou un lapin? Ils ont utilisé ce jouet parce que les combattants kurdes ne vont pas y toucher, mais les enfants bien". C'est ce que raconte le Colonel Nawzad Kamil Hassan, ingénieur au sein des forces kurdes. Avec son unité, il débarrasse des zones autrefois contrôlées par Daesh de tonnes d'explosifs. Hassan a soin de garder aussi des exemplaires des explosifs qu'il trouve: il veut les montrer à ses recrues pour les entraîner, mais aussi pour leur donner une idée de qui les attend.

Des objets de tous les jours

Dans toutes ces zones où Daesh est resté assez longtemps, le groupe terroriste a laissé toutes sortes d'objets de tous les jours, transformés pour tuer. Une montre, une pile de vêtements abandonnés ou une carte à jouer qui traînent dans la rue peuvent cacher un détonateur. Il suffit qu'un civil soit intrigué et vienne toucher l'un ou l'autre de ces objets. L'explosif va alors sauter et tuer ou blesser.

Daesh vide peu à peu certains lieux. Mais en semant de tels pièges dans son sillage, l'organisation terroriste rend le retour des civils effrayant.

Lisez aussi