Le coup de gueule qui fait du bien: France 3 balance les commentaires racistes de ses internautes contre les migrants

Hier matin, France 3 diffusait un reportage sur les premiers migrants qui débarquaient dans la région Pyrénées-Méditerranée en provenance de la "jungle" de Calais. Cet extrait d'à peine vingt secondes allait susciter des commentaires carrément racistes de la part de nombreux internautes sur Facebook. C'en était trop pour France 3 qui a volontairement dénoncé ces commentaires dans un article qui est devenu viral sur la toile avec 45.000 partages.

Il s'agit d'une simple vidéo réalisée durant la nuit par une équipe de journalistes de France 3 Midi-Pyrénées. On y voit quelques hommes fatigués par le voyage et qui débarquent tout droit de Calais, suite au démantèlement de la jungle.

S'en est suivie une multitude de commentaires racistes et haineux que la chaîne publique française a été contrainte de supprimer. Le media français s'est dit pourtant "profondément attaché à la liberté d'expression" et il signale d'ailleurs que les commentaires qui ne respectent pas la loi (incitation à la haine, insulte, racisme,...), "sont modérés a posteriori".

Mais "il y a la loi. Et puis il y a l'esprit", commente France 3. "Nous avons fait le choix de ne pas fermer les commentaires sur Facebook mais sur certains sujets, des internautes, sous pseudonymes ou leur véritable identité, font tout pour nous pousser à restreindre la liberté d'expression." Avant de conclure: "Nous ne pouvons pas laisser dire des choses fausses et laisser publier des propos insupportables sur notre page Facebook sans réagir."

Concrètement voila le genre de commentaires qu'on a pu lire sur Facebook suite à leur reportage

Ce qui frappe, c'est le racisme décomplexé des internautes

Le message est clair: "ils ont qu'à rester chez eux"

Heureusement depuis, certains internautes plus positifs ont repris la main

Une plainte qu'on retrouve souvent parmi les "anti-migrants" se sert des SDF, qui seraient délaissés au profit des migrants. La meilleure réponse nous vient de cette internaute

Une journaliste de France 3 a aussi pris la plume dans son texte qu'elle a appelé "la nausée"

© Screenshot France 3

Le racisme et Internet

En juillet dernier, les conclusions d'une étude sur le racisme et Internet étaient sans appel: les propos haineux se banalisent sur le web et les internautes profitent de l'absence de poursuite pour y diffuser leurs messages.

Selon Miguel Pajares, l'un des chercheurs ayant réalisé l'étude commandée par l'université de Barcelone, "Internet a permis de diffuser le discours raciste et aussi de le normaliser et de l'assumer comme inévitable" a-t-il commenté dans Le Point.

Les enquêteurs ont interrogé cent cinquante usagers des réseaux sociaux provenant de cinq pays différents (France, Espagne, Italie, Roumanie, Royaume-Uni), mais aussi des policiers et des magistrats. Ils ont découvert que, dans la plupart des cas, les victimes des propos ne portaient pas plainte (60 à 90%).

Du coup, "ces idées se consolident et le problème est minimisé, car il ne figure pas dans les statistiques officielles des plaintes", précise la directrice de l'étude Olga Jubany dans Le Point.

Le souci proviendrait d'abord du manque d'information: les commentaires racistes sont punissables et ça tout le monde ne le sait pas. Ensuite, ce sont les plateformes elles-mêmes qui empêchent parfois ces commentaires de disparaître. Les enquêteurs ont signalé dans le cadre de leur enquête cent commentaires racistes sur Facebook. Eh bien seulement neuf ont été éliminés. Parmi les propos qui sont restés, certains appelaient à tuer des musulmans ou à envoyer des juifs dans les camps de concentration...

Bref, il y a encore du chemin à parcourir. Et cette indignation de France 3 semble aller dans le bon sens. Parce que non, les propos racistes ne doivent pas devenir une banalité sur les réseaux sociaux et de temps en temps, cela fait du bien de le rappeler.

Déjà lu?