Le village gaulois Wallonix va-t-il plier? Nous sommes "très près d'un accord sur le CETA", c'est ce qu'il se dit... 

Justin Trudeau, le premier ministre canadien, viendra peut-être quand même à Bruxelles. Il semblerait qu'un accord sur le CETA soit proche, c'est ce qui ressort des discussions entre les représentants du gouvernement fédéral et les entités fédérées. "La Belgique devrait être en état de signer le traité". Cet après-midi, Paul Magnette (PS), Didier Reynders (MR) et Geert Bourgeois (N-VA) se réuniront à nouveau.

Est-ce la fin du combat contre le CETA? Le ministre-président wallon, Paul Magnette (PS), qui a reçu énormément de soutien dans sa volonté d'adapter l'accord de libre-échange, semble changer d'avis.

Des concessions ont été faites, des améliorations qui rendent le texte et le tribunal international, qu'il institue, plus digestes.

Il est donc temps de revenir à la réalité et de donner le feu vert pour que le gouvernement fédéral signe l'accord. Un sommet Union européenne-Canada se déroule demain et après-demain pour signer le CETA. Si la Wallonie donne son feu vert, ce sont des visages souriants et détendus qui pourront accueillir Trudeau.

Seulement, tout ce cirque n'est pas encore terminé. Il y a bien des "échos positifs" et "la Belgique devrait probablement être en état de signer" mais ce n'est pas encore définitif. Il faut un signal positif de Magnette, il faut d'abord qu'il dise qu'il est d'accord. À 15 heures, il y a une nouvelle réunion entre les représentants du gouvernement fédéral et les entités fédérées. Reynders, Magnette et Bourgeois s'assiéront de nouveau ensemble.

Mais Magnette peut se préparer, la gauche va être très déçue. Pour certains, il était un héros et la signature du traité de libre-échange risque de leur laisser un goût amer.

Déjà lu?