La Wallonie bloque toute l'Europe pour le CETA et le Premier ministre du Canada sort de ses gonds

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, est furax contre la Wallonie. Il est à deux doigts de conclure un accord, le CETA, avec l'Europe mais le sud de la Belgique bloque. "Si nous devons constater que l'Europe est incapable de conclure un accord progressif avec le Canada, avec qui pense-t-elle faire des affaires?". Gros coup de pression, tout le monde à les yeux rivés vers le sud du pays.

C'est aujourd'hui que le Parlement wallon doit se prononcer sur le Ceta, l'accord économique et commercial de libre-échange qui doit être conclu avec le Canada.

Mais le sud du pays bloque et le non risque bien de l'emporter lors du vote de cet après-midi. Le problème: tout le reste de l'Europe, ou presque, est favorable au CETA sauf les Wallons. Ce que le Parlement wallon reproche à ce traité? Il a peur que le CETA affaiblisse les normes en vigueur en Europe, surtout les normes sociales et environnementales. Pour le Parlement wallon, cet accord ne profiterait pas aux PME mais bien aux grandes entreprises.

En plus, il serait le "cheval de Troie" du TTIP, le Traité de libre-échange transatlantique.

Trudeau est furax

Comme on l'imagine, Justin Trudeau, le Premier ministre canadien est furieux et il tente un ultime coup de pression avant le vote de cette après-midi: "Si nous devons constater que l'Europe est incapable de conclure un accord progressif avec le Canada, avec qui pense-t-elle faire des affaires?" a-t-il déclaré lors d'une conférence à laquelle participait Manuel Valls, le Premier ministre français. Et il a ajouté que "Dans ce contexte post-Brexit, beaucoup de questions se posent sur l'inutilité de l'Europe, si elle ne parvient pas à signer cet accord, cela envoie un message très clair pas juste à l'Europe, mais au reste du monde: l'Europe choisit un chemin qui n'est pas productif pour ses citoyens ou pour le monde. Et ce serait dommage", Trudeau ne mâche pas ses mots, c'est sûr.

Valls a promit de faire tout ce qu'il pouvait pour convaincre la Belgique.

La N-VA et le MR aussi sont furax

Et il n'y a pas que Trudeau qui enrage. La N-VA a déclaré être l'otage de la république soviétique wallonne. Il a ajouté que la Wallonie menace les intérêts économiques de la Flandre. "Le PS sent le souffle chaud des communistes du PTB/WPB dans son cou", s'énerve l'eurodéputé flamand Karl Vanlouwe.

Pour Didier Reyners (MR), Vice-Premier ministre le CETA est aussi un accord positif: Il y a des pays dans l’Union européenne qui appliquent des normes sociales et environnementales moins élevées que celles du Canada. Si on ne signe pas avec le Canada, avec qui d’autre va-t-on négocier? L’accord sur la table est le meilleur accord que l’Union ait eu jusqu’à présent".

Tout le monde pousse

Tout le monde tente de pousser le Parlement wallon a voter favorablement pour l'accord. Le Président français, François Hollande, va rendre visite au Président du parti socialiste, Elio Di Rupo pour parler de Caterpillar. Mais il compte bien glisser quelques mots sur le Ceta également. Le ministre-Président wallon Paul Magnette sera également présent. Reste à savoir s'il parviendra à les convaincre. Réponse cet après-midi.

Source: De Tijd, CBC News

Déjà lu?