Après un autre tweet improbable du CD&V: séance thérapeutique à la Chambre et renégociations à quatre ce soir

Kris Peeters et les chrétiens-démocrates ont une fois de plus pris une position sans précédent au milieu des négociations sur le budget, en balançant une proposition à ce sujet au public sur Twitter. Mais à la Chambre, l'heure était à l'union. Il le faut: les quatre partis gouvernementaux se retrouvent ce soir pour tenter de boucler enfin le budget.

On imagine un peu leurs têtes du côté de l'Opne VLD, du MR et la NV-A quand ils vont vu le tweet de Kris Peeters, le vice-premier ministre (CD&V). "Vous trouverez ici la proposition du CD&V sur les mesures de taxation du capital", a-t-il écrit, avec un lien vers cette fameuse proposition.

Un moyen comme un autre de montrer à tout le monde ce que le CD&V veut négocier pour le budget. Et tant pis si cette manœuvre place le gouvernement dans la galère. "Merci de partager les informations des négociations avec nous, c'est très intéressant", a d'ailleurs commenté ironiquement Kris Calvo (Groen) à la Chambre.

Les partenaires de la coalition, surpris, ont préféré ne pas commenter. La stratégie de communication du CD&V reste un mystère pour eux.

Bientôt de la fumée blanche?

En coulisses, cela semble moins chaud qu'il y a quelques jours. Les tentatives de réconciliation du Premier ministre, que tout le monde a remarquées lors de ces dernières 48 heures, semblent porter leurs fruits. Il est prévu que les quatre partis gouvernementaux se réunissent ce soir. On ne sait pas quand ils arriveront à un accord, mais ils font tout pour.

Cela s'est vu à la Chambre: tout le monde était sur place, même Bart De Wever (NV-A) était présent à la session plénière. Attendu au tournant, le Premier ministre Charles Michel (MR) a été inspiré et délivré un discours émouvant, qui aurait pu tirer quelques larmes dans la salle. "Les derniers jours et les dernières heures n'ont pas été simples. Je voudrais m'adresser à la majorité, lui dire ma conviction: ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise. Nous devons le démontrer et nous le démontrerons", a-t-il lancé, son discours recevant une salve d'applaudissements.

Il est clair que le sentiment est qu'un accord pour le budget est possible dans les 48h. Sauf pour Kris Peeters. Cette nuit et lundi, il y a encore quelques détails à travailler, peut-on entendre au sein du gouvernement.

Déjà lu?