Un pas de plus vers la victoire? Daesh a perdu "un quart" de ses territoires occupés depuis l'année passée

Selon un thinktank britannique, Daesh aurait perdu un quart de ses territoires occupés depuis janvier 2015. Depuis cet été, ce mouvement a ralenti, mais un expert affirme qu'au niveau stratégique, le groupe terroriste est de plus en plus faible. 

Avec ce qu'il se passe sur le territoire européen, le sentiment de peur vis-à-vis de Daesh grandit. Mais il est peut-être temps de regarder la situation ailleurs, et de voir le groupe terroriste en train de perdre de sa force.

Daesh a perdu plus d'un quart de son territoire occupé, c'est ce que rapporte la BBC. Un analyste du thinktank britannique, IHS, affirme que l'organisation a perdu le contrôle sur 28% de son territoire depuis janvier 2015. Durant les neuf premiers mois de l'année 2016, Daesh a perdu 78.000 kilomètres carré de son territoire. Pour avoir une idée de ce que cela représente, c'est l'équivalent de la taille du Sri Lanka, raconte l'analyste à la BBC.

De quoi se réjouir? Pas tout à fait, l'analyste explique que le nombre de territoires que Daesh a perdu durant ces trois derniers mois a diminué. Le mouvement a perdu 2.800 kilomètres carré depuis juillet, ce qui n'est pas beaucoup par rapport au début de l'année.

Pourquoi?

Ce ralentissement est apparemment dû au fait que la Russie a réduit le nombre de frappes aériennes contre Daesh, toujours selon l'analyste. Au début de l'année, 26% des frappes avaient pour cible Daesh. Mais à partir du début de l'été, seulement 17% visaient le mouvement terroriste.

"En septembre dernier, le Président russe, Vladimir Poutine, a dit que la Russie avait pour mission de combattre le terrorisme international et surtout l'État Islamique (Daesh). Mais nos données suggèrent que ce n'est pas le cas", explique Alex Kokcharov un analyste de chez IHS. Selon lui, la Russie a plutôt comme priorité de fournir de l'aide militaire au régime syrien d'Assad afin de réduire le nombre de parties qui participent à la guerre civile. Le but de la Russie serait de réduire le nombre de parties qui participent au conflit, à deux: le gouvernement syrien contre les groupes djihadistes, comme Daesh.

Mais au niveau stratégique, c'est une victoire

Un autre expert d'IHS, Colum Strack, apporte un peu de nuance. Selon lui, les pertes de territoires de Daesh sont moindres depuis juillet, mais au niveau stratégique, il y a des grandes avancées. Le mouvement terroriste a perdu beaucoup de ses voies d'accès vers la Turquie. Du coup, c'est plus difficile pour le groupe de recruter des nouveaux soldats à l'étranger.

Source: BBC

Lisez aussi