Bon tout le monde en parle, mais c'est quoi exactement la différence entre le "soft" et le "hard" Brexit?

La différence entre "soft" et "hard" Brexit, tu la connais? On en parle de plus en plus, mais qu'est-ce que ça veut dire exactement? Si le Brexit se fait de manière soft (douce), alors le Royaume-Uni maintiendra des liens économiques importants avec l'UE. Si le Brexit se fait de manière hard (dure), alors le Royaume-Uni ne bénéficiera plus de tous les avantages du système économique européen, en gros. 

On entend de plus en plus les politiciens et les médias qui parlent d'un "soft" (doux) et d'un "hard" (dur) Brexit, surtout depuis que Theresa May a annoncé la deadline de celui-ci, soit le 25 mars 2017. C'est vrai qu'au final, on ne sait pas très bien à quoi va ressembler la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et ses implications concrètes. Est-ce que le Brexit se fera de manière "soft" ou "hard"?

Le Soft Brexit

L'idée d'un "Soft Brexit" serait que les Britanniques gardent d'importants privilèges avec l'UE. Le cas d'exemple le plus pertinent ici est l'accès au Marché unique européen. Si le Royaume-Uni veut continuer à tirer des avantages sur l'économie européenne, le pays doit se conformer aux règles du jeu. Par exemple, le Royaume-Uni devrait accepter l'élimination des tarifs sur les exportations et les contrôles à la douane. Ce serait afin d'appliquer la libre circulation des personnes et des produits.

On pourrait alors comparer la situation du Royaume-Uni à celle de la Norvège et de la Suisse. Ces deux pays sont en dehors de l'UE, mais ils ont des liens économiques important avec l'UE.

En résumé, le Royaume-Uni maintiendrait une relation importante avec l'UE, ce qui fait qu'elle aura plus de restrictions sur sa politique intérieure et extérieure, mais gardera des avantages au niveau économique.

Le Hard Brexit

Ce serait un peu comme la situation des États-Unis. La libre circulation des personnes et des biens n'est pas applicable car ils ne font pas parties du Marché unique européen. En conséquence, des tarifs à l'exportation seront imposés. Il faut savoir que l'UE représente 44% des exportations du Royaume-Uni. Du coup, si on installe des barrières à l'exportation, ce sera plus coûteux pour l'économie britannique, surtout pour le secteur financier au Royaume-Uni qui dépend fortement de l'UE.

Theresa May a un discours ambigu sur la question

Le discours de la Première ministre du Royaume-Uni est un peu contradictoire. Elle a déclaré qu'elle voudrait conclure un accord permettant aux entreprises britanniques de faire un maximum de libre échange avec l'UE. Mais elle a aussi insisté sur le fait que le Royaume-Uni doit devenir totalement indépendant et souverain. Elle veut que son pays soit capable de prendre "ses propres décisions", que ce soit concernant le contrôle sur l'immigration ou sur l'étiquetage des produits alimentaires.

Il faudra attendre un peu pour voir si finalement le Brexit sera soft ou un hard. Selon The Economist, Theresa May adopte un discours de plus en plus proche du scénario n°2, soit le hard Brexit.

Source: The Economist

Lisez aussi